COMMUNIQUÉ – CRISE DU CRACK DANS LE NORD-EST PARISIEN

Gouvernement et mairie déplacent le problème et font perdurer mépris et indignité

1er octobre 2021

Danielle Simonnet, Bastien Lachaud et Danièle Obono, devant le “mur de la honte” porte de la Villette – Paris 19e (Octobre 2021)

Communiqué de Bastien Lachaud, député de Pantin, Danièle Obono, députée de Paris, et Danielle Simonnet, conseillère de Paris – 1er octobre 2021

Trois ans après l’évacuation mal préparée de la “colline du crack” porte de La Chapelle, qui a conduit à l’errance des consommateur·trices et leur installation devant le jardin d’Eole, en plein milieu d’un quartier populaire du 19e arrondissement de Paris, le gouvernement a de nouveau déplacé le problème, sans le régler, dans un parc porte de la Villette. Les villes d’Aubervilliers et Pantin, situées à quelques centaines de mètres, n’ont été ni prévenues ni consultées. Les habitant·es du quartier Villette-Quatre Chemins, qui connaît déjà de grandes difficultés, vont donc subir les conséquences d’une situation qui leur est imposée. Et pour bien marquer le mépris, l’indignité et l’impasse de cette politique, le préfet de police Lallement y a fait construire un mur. Une honte et tout un symbole ! La mairie de Paris, qui a brillé par son incurie depuis 3 ans, estime désormais ne plus être concernée. L’un et l’autre se sont renvoyé la balle pendant des mois, laissant la situation s’enliser et pourrir au jardin d’Eole, et refusant d’assumer leurs responsabilités. Une réunion convoquée à la hâte par le préfet de région a mis en évidence l’impréparation des pouvoirs publics : pas de décision, de calendrier précis, ni de mesure concrète. 

Pourtant, des solutions existent et sont préconisées depuis longtemps par les associations et professionnel·les. Les réponses, à la fois spécifiques et globales, inscrites dans un maillage resserré de services publics et articulées à des politiques d’accès au droit commun, ne manquent pas.

  • Mise à l’abri dans les plus brefs délais des personnes toxicomanes. 
  • Ouverture de structures d’accueil et de soin, intégrant des espaces de consommation à moindre et réparties sur le tout le territoire francilien (nord-est, centre et sud de Paris, Ile-de-France), après concertation avec élu·es, habitant·es et usager·es concernant leur lieu d’implantation. 
  • Renforcement des structures de santé et de suivi psycho-social dans leur ensemble
  • Augmentation des moyens en matière de logement, d’accompagnement médico-social, d’accès aux soins (notamment psy), de réinsertion socio-professionnelle
  • Revalorisation du statut des personnels du secteur médico-social 
  • Renforcement des unités de la police judiciaire, pour éradiquer les trafics, et pérenniser celles de proximité qui permettent d’assurer la tranquillité dans les quartiers

Il  n’y a donc pas de fatalité ! Assurer l’accompagnement sanitaire et social des consommateur·trices de drogue et garantir la tranquillité et la sûreté des riverains est urgent et possible. Le gouvernement Macron et la maire Hidalgo ont été incapables de s’accorder et de mettre les moyens humains et financiers suffisants pour le faire. Une fois majoritaires, nous saurons, nous, y remédier.

AUTRES INTERVENTIONS DE DANIÈLE OBONO AUPRÈS DES AUTORITÉS LOCALES & NATIONALES  

  • Communiqué commun, 10 septembre 2021 ici
  • Communiqué, 22 juin 2021 : à lire ici
  • Courrier à Jean Castex, 4 juin 2021 : à lire ici
  • Communiqué, 5 mai 2021 : à lire ici
  • Question orale à la ministre Bourguignon sur la situation dans le 19e arrondissement, 4 mai 2021 : à voir ici
  • Courrier à Anne Hidalgo et alii, sur l’urgence sanitaire et sociale à Charles Hermite (18e), 23 octobre 2019 : à lire ici
  • Interpellation d’Agnès Buzyn, ministre de la santé et des solidarité, lors des débats du projet de loi de financement de la Sécurité sociale, sur la crise sanitaire et sociale liée à la consommation de drogue dans le nord-est parisien, 26 octobre 2018 : à voir ici
  • Lettre à Agnès Buzyn, ministre de la santé et des solidarités, sur l’urgence d’un plan de réduction des risques liés à l’usage de drogue, 24 septembre 2018 : à lire ici

 Danièle OBONO

Députée de Paris – 17e circonscription

La France insoumise

 

      

 

Politique de confidentialité – Mentions légales 

À l’Assemblée

Palais Bourbon

126 rue de l’Université, 75007 Paris

Téléphone : 01 40 63 61 08

Courriel : daniele.obono@assemblee-nationale.fr

En circonscription

Local parlementaire (sur rendez-vous) 

09 61 68 60 35 – contact@deputee-obono.fr

Permanences en mairie

  • 18e (1 place Jules Joffrin) : mardi 14h-16h

  • 19e (5-7 place Armand Carrel) : jeudi 10h-12h